Qu’est ce que le nouvel ordre mondial (New World Order)? Qui donne les ordres? Quelle est la finalité? Pourquoi la mondialisation a-t-elle été engagée à marche forcée, balayant sur son passage tous les patriotismes émergeant dans les pays occidentaux tentant de lutter contre le phénomène ? Pourquoi les États-Unis et du Royaume-Uni semblent-ils avoir mieux résisté, tandis qu’on ne cesse-t-on de nous répéter que la globalisation est irréversible?

Si l’on se contente d’observer la marionnette Macron, si l’on envisage le problème au plan franco-français ou même européen, alors on ne peut saisir qu’un vert Pinocchio adoubé par un Machiavel très en dessus des vrais Princes. Autrement dit, les ficelles de ce sombre duo sont tirées depuis l’ailleurs d’un royaume de ténèbres difficilement saisissable dont les pouvoirs sont autant titanesques que sinistres.

La dernière personne à avoir brandi la torche sur cet antre de mystère et de froideur cynique a été assassinée quelques deux années après avoir publié son article. Nous étions au commencement de l’année 1996. Les Évangiles n’avaient pas eu raison. Il existe plus terribles que les enfers décrits par les Saintes écritures, ce sont les enfers pensés par les hommes.

Depuis, ce grand ordre a développé une méthode de dissimulation plus pacifique en apparence. En inventant le mythe du conspirationniste, il a formé le projet d’assassiner la vérité par le piège d’un romanesque humaniste tendu à l’individu. Or, la vérité demeurera toujours la vérité. Le philosophe l’a appris à ses dépens. Il y a vingt-cinq siècles que l’on tente de le bannir de la cité. Il y a deux mille cinq cents ans qu’il met les hommes de la caverne en garde contre les écrans terribles n’offrant qu’un reflet opaque et sombre de la véritable lumière. Pourtant, dessiller les yeux et forcer les regards vers l’Agathon/Theos est devenu non pas nécessaire aujourd’hui, mais vital.

Je dédie cet article à ceux qui, notamment en France et au Royaume-Uni m’ont honorée de leur confiance et ont su prendre les risques que seuls les hommes authentiques prennent encore.

LE PROTOCOLE DE TORONTO, Juin 1967 : RÉUNION DES 6.6.6

Au Printemps 1967, le Canada est en liesse. Montréal accueille l’exposition universelle. Ottawa boucle les derniers préparatifs de commémoration du centenaire de la confédération tandis qu’aux États-Unis, les contestations contre la guerre au Vietnam et le mouvement ‘Flower power’ étranglent le pays entre ordre traditionnel et contreculture. Encore une année et les étudiants français seraient prêts à la révolution sociétale. Encore deux années et le festival de Woodstock ouvrirait la voie aux années ‘Sex, Drug & Rock ‘n roll’. Or, dans l’ombre de ce théâtre de tous les possibles où l’on avait fait croire à la jeunesse que la liberté était au bout de l’été, un dernier trait de plume symbolique scellait le projet de “la chute des Nations”. Nous venons d’établir le lieu et l’objectif, il s’agit à présent de savoir de quel Empire nous parlons. J’attire l’attention du lecteur sur le choix délibéré du mot Empire, car nous rentrons maintenant dans l’univers métaphorique de Star Wars. Nous avons dit qu’un journaliste était mort après avoir traqué et démasqué l’Empire. Dès lors, la contre-attaque de l’Empire s’attacherait à déconstruire toute vérité. Il y aurait sa vérisimilitude ; le narrative infondé mais imposé en s’appuyant sur un mainstream media inféodé, tandis que le reste serait frappé du sceau de ‘conspirationnisme’. De fait, il ne s’appellerait plus l’Empire, il ne serait plus du côté du mal, mais se dissimulerait derrière la République en marche…

Qui est cet Empire ? Qui étaient secrètement réunis à Toronto en ce mois de Juin 1967?

Il s’agissait de la plus haute Loge de la Franc-Maçonnerie anglo-saxonne autrement nommée “6.6.6”, c’est-à-dire les six plus grandes banques mondiales, les six plus grands consortiums d’exploitation des ressources énergétiques, les six plus grands groupes agro-alimentaires et pharmaceutiques.

Objectif : cérémonial finalisant une stratégie commune de Nouvel ordre Mondial (NWO) ;le même dont les Présidents Bush puis Clinton feraient la promotion au début des années 1990.

PANEM ET CIRCENSES – Du Pain et des Jeux

Ainsi était jeté le dernier cynisme sur le projet mondialiste au profit du ‘rentable occulte’.

L’errance de l’Esprit

Toutes les périodes historiques présentent la naissance, l’essor, l’apogée et le déclin de civilisations ; déclin chaque fois précipité par ‘l’errance de l’Esprit’. En d’autres termes, la permissivité, c’est-à-dire la transgression des valeurs et des interdits moraux constitue l’élément causal moteur de la disparition d’une civilisation.

“Aujourd’hui, nous devons faire en sorte que cette ‘errance de l’Esprit’ se traduise par une société mondiale du loisir. Ce divertissement sans cesse renouvelé doit s’articuler autour du sexe, de la drogue et d’une profusion de tentations encourageant la transgression de l’interdit”.

Autrement dit, tandis que la civilisation judéo-chrétienne s’était fondée sur le codex hébraïque sous-tendu par la loi mosaïque recommandant de faire la distinction entre le sacré et le profane, entre le pur et l’impur, entre le Bien et le Mal afin de demeurer des hommes libres, le projet de Nouvel Ordre sur le Monde (NWO) projetait de perpétrer l’assassinat des Nations par une technique assez théologique en somme puisque reprenant la trame du péché originel biblique : tenter le diable en chaque homme.

“Ces loisirs doivent être accessibles à chaque homme. Celui-ci doit arriver à se persuader qu’en agissant ainsi, il est ‘moderne’ et que cette modernité correspond précisément à sa possibilité de pouvoir jouir dans l’hubris le plus absolu de tout ce qui l’entoure. Évidemment, on ne peut briser les carcans traditionnels sans s’entourer de vecteurs de modernité. Le passage d’un homme structuré à une identité morcelée en perte de tous repères nécessite donc de s’accaparer les médias écrits et surtout audiovisuels et leur relais, les publicitaires et leurs relais, le cinéma et tous les arts du divertissement. Des stars, des mannequins seront des symboles identificateurs particulièrement puissants. On verra en eux la modernité et non la décadence nécessaire à la réalisation de notre entreprise. Toutefois, ne nous y trompons pas, ce que nous visons ici est l’atomisation de la famille. Quelle que soit la société considérée, celle-ci représente la clé de voûte, le ciment unificateur garant la transmission des valeurs et des normes pérennisant une société ou civilisation. Or, si nous voulons parvenir à détruire l’idée de nations, c’est bien la famille et les liens familiaux qu’il faut impérativement viser afin de produire une somme d’individus égoïstes concentrés sur la seule satisfaction de besoins artificiellement créés.”

Ainsi, le concept creux de modernité, en ce sens que la modernité est un Mal si sa finalité vise l’auto-destruction d’un homme, était en marche. Déjà, dès les années 1950, le philosophe Herbert Marcuse dénonçait-il la formation d’un “homme unidimensionnel”, stéréotypé, formaté par une société de consommation naissante. Déjà, les prémices de la tyrannie de la pensée unique et de l’uniformisation des comportements étaient palpables.Or, chaque fois qu’il s’agira de la déstructuration de la famille tout en donnant l’impression de vouloir inscrire les hommes dans un chemin d’affranchissement, on s’attaquera à la cellule la plus faible, la plus malléable parce qu’en formation, c’est à dire à la jeunesse.

“En tenant sous la coupe des sens la jeunesse (les adultes de demain), nous aurons par conséquent la voie libre pour transformer en profondeur et sans être inquiétés, le champ Politique, le système judiciaire et l’Éducation ; point fondamental de l’édifice. C’est en effet ainsi que nous pourrons modifier l’orientation future des sociétés visées par notre plan. Les populations, nous le savons, n’ont pas de mémoire historique. La déconstruction de la réalité historique, la substitution des seuls faits avérés par des romans nationaux et internationaux est donc cruciale. L’endoctrinement des élèves d’aujourd’hui formera une classe de professeurs de demain absolument convaincue du bien-fondé de ce qu’elle transmet. Il sera utile d’utiliser les plus convaincus et parmi les plus diplômés pour faire œuvre de vulgarisation sur les plateaux de télévision. Ainsi influencerons-nous toute la société. Les foules se taisent devant l’argument d’autorité. On ne peut soupçonner un professeur d’un savoir disséminé dont lui-même est d’ailleurs convaincu, puisque c’est précisément ce qu’on lui aura enseigné”.

La Rentabilité de l’Exception

“Et puis, il s’agira d’imposer la ‘Culture de l’Exception’ comme norme générale. Celle-ci a déjà fait ses preuves au début du présent siècle dans la construction et la mise en place du système communiste par les regrettés Hauts dignitaires de nos Loges. Ils l’avaient appelée ‘la rentabilité de l’exception’. En acceptant de financer Lénine lorsque celui-ci était en exil, de retour dans son pays, 5% d’hommes avaient pu imposer à l’ensemble de la Russie l’exception comme la nouvelle norme. Nous nous engageons donc ici à suivre la voie de nos Maîtres et à étendre cette rentabilité de l’exception à toute la civilisation occidentale. En principe, nous le savons, l’Exception prouve la règle générale qui lui est contraire. La culture de l’exception devra aboutir à ce qui deviendra la norme imposée à tous”.

Comment s’y prendre ?

Nous avions déjà abordé ce point lors de notre dernière réunion de planification mondiale, il y a vingt ans. Nous devons faire en sorte que des exceptions dans différentes sphères de la société soient le motif de combat militant de futures contestations sociales menées par la jeunesse des nations.

Ainsi, la culture de l’Exception est-elle le détonateur par lequel toute société s’effondre dès l’instant que parallèlement, on s’attache à détruire la famille.

La lutte militante doit finir par former une sorte de communauté d’individus liés par une même cause et dont les liens seront supérieurs aux liens familiaux. En acceptant de financer des écrivains révolutionnaires à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, lesquels avaient donc disposé de toute la latitude de faire éclater le noyau vital de la famille en produisant finalement un ‘Manifeste à la gloire de l’État-Dieu’ plaçant le primat de l’individu au-dessus de tout lien sanguin , c’est exactement ce que nos regrettés dignitaires avaient prévu et permis à l’échelle de la Russie tsariste.

Nous reproduirons donc ce phénomène à l’échelle occidentale d’abord, en multipliant les causes de militantisme. C’est pourquoi il est impératif de veiller à toujours maintenir les sociétés occidentales dans un état de perpétuelles frustrations et donc, dans de nécessaires inégalités. L’espoir et l’attitude positive sont les pièges récurrents tendus à la Jeunesse, précisément parce que celle-ci est plus vulnérable par nature.

Donner l’illusion de l’histoire avançant vers la liberté des peuples en concédant certaines émancipations, comme les droits de la Femme ou toute cause identitaire permettra de dissimuler qu’en réalité, les Nations sont en marche vers leur propre auto-destruction. Nous avons un but, le contrôle d’une communauté humaine sans patrie, sans passé et privée de tout moyen de s’assurer d’une vérité qui serait différente de celle que nous disséminerons.

Pour aboutir avec succès à la construction d’une gouvernance mondiale, c’est-à-dire un nouvel ordre communautaire où tous les individus sans exception seront soumis à la ‘République mondiale en marche’ d’abord, puis ‘République de l’Ordre Nouveau’, nous devons réduire au minimum les enseignements ancestraux religieux judéo-chrétiens afin de briser encore une fois les repères identificateurs traditionnels familiaux. Par ailleurs, il s’agira de niveler tous les individus en faisant disparaître la notion de ‘classes sociales’ et notamment celle de ‘classe moyenne’. Il est impératif de prévoir, choisir et financer des hommes politiques promettant à tous, la possibilité de devenir millionnaires. Pour ce faire, nous devons parallèlement orienter, financer, encourager les travaux de sociologues axés sur la promesse d’une justice différentialiste au sein des sociétés, c’est-à-dire la réalisation d’une égalité des chances pour tous prenant en compte la situation des plus démunis comme la nouvelle norme.

L’objectif n’est pas de l’atteindre. L’objectif est celui de le promettre en faisant apparaître les changements promis comme émanant de la volonté populaire. Tout doit avoir l’apparence de la démocratie.

L’endoctrinement commence dès la petite enfance

C’est pourquoi la cause de l’enfant doit représenter notre prochain challenge. Comme planifié, si la jeunesse d’aujourd’hui est pervertie, nous maximiserons alors les chances que ces parents de demain deviennent permissifs, voire irresponsables. Ainsi, en se servant de cas isolés que les médias seront chargés d’amplifier à l’extrême afin qu’ils soient repris par les causes étudiantes et finalement les politiciens, nous parviendrons à faire mettre en place de nouveaux organismes ayant toutes les apparences du progrès œuvrant à la défense de la cause de l’enfance. Quoi de plus moderne ?  Ces deux mots doivent être assénés sans discontinuité. En conséquence, dès le début des années 1970, un bureau de la protection de l’enfance protégé par une ‘Charte des droits et libertés de l’enfant’ sera-t-il créé dans chaque société occidentale.

Il conviendra d’y nommer des fonctionnaires ;  jeunes intellectuels fraîchement diplômés des universités où sont enseignés nos principes mondialistes afin que ceux-ci appliquent sans discernement la ‘Charte des droits de l’Enfant’. Qui osera-t-il s’opposer à cela, sans en même temps prendre le risque d’être identifié comme favorable aux méthodes barbares telles que pratiquées au Moyen-âge dans l’inconscient collectif imbécile ?

Nous devons parvenir à briser l’influence des liens familiaux par la multiplication de placements en familles d’accueil, l’idéal demeurant pour nous le financement massif de foyers où la désagrégation des liens familiaux et le morcellement du moi seront accélérés.

Ces jeunes constitueront des proies très facilement influençables parvenues à l’âge adolescent, au même titre que ceux ayant cédé à l’expérience homosexuelle; cause par excellence avec l’émancipation des femmes qu’il faut absolument encourager et amplifier.

Toute revendication sociétale visant à réduire à néant l’autorité parentale sera soutenue et à défaut, instillée dans les sociétés occidentales par les médias.

Castration symbolique du père et développement d’une classe de femmes mises au travail.

Castrer le père et par ailleurs ‘émanciper’ la mère tandis qu’on la condamne au travail constituera une démarche redoutablement productive pour notre entreprise. Comme nous le savons depuis les travaux psychanalytiques auxquels nous ne croyons absolument pas mais qui nous sont extrêmement utiles, le rôle d’un père est celui de transmettre la loi. En poussant l’idée d’un “enfant-Roi” placé au centre des préoccupations de nos sociétés occidentales modernes, la multiplication des conflits parentaux est escomptée. Nous entendons ainsi générer un considérable accroissement du nombre de divorces dans les prochaines décennies, d’autant que nous nous attacherons par ailleurs à œuvrer à la désacralisation du mariage et du schéma de la cellule nucléaire familiale traditionnelle. Le divorce doit être perçu comme un progrès. l’objectif que nous poursuivons ici est triple :

  1. Créer des enfants dysfonctionnels présentant une capacité de violence problématique et une intolérance à la frustration; (puisque la loi n’aura pas ou peu été construite)
  2. Produire une génération de parents démissionnaires et des cellules monoparentales plus fragiles par essence. En effet, la multiplication de divorces et l’exigence de productivité au travail auront les conséquences prévisibles attendues.
  3. Il en résultera un accroissement du pouvoir de l’État sur l’enfant au détriment de la famille. L’impuissance ou la dissolution de l’autorité parentale permettra de légitimer et l’endoctrinement étatique souhaitable auprès des générations futures.

Il faut piéger les parents afin que ceux-ci ne se méfient pas et se reposent de plus en plus sur l’État pour assurer la mission d’éducation, en plus de celle de l’instruction.

D’ici à deux décennies et au-delà, nous prévoyons de récolter les fruits semés qui auront mené à l’émergence d’individualités entièrement autocentrées, autonomisées et individualistes dissimulant une rare capacité de violence et d’intolérance à la frustration, même si leur impression sera celle d’appartenir à des groupes identitaires solides et unis œuvrant à plus de liberté.

Disséminer le Capitalisme. Imposer la libre circulation des capitaux à l’échelle internationale. Accroître l’interdépendance entre les Nations.

Un avantage supérieur de parvenir à long terme à créer des individualités égocentriques sera celui de briser le Communisme, le Socialisme et la puissance d’influence des syndicats salariés hostiles aux intérêts Capitalistes ; idéologies encore trop populaires, notamment au sein des Nations européennes. Par ailleurs, la division internationale du travail (DIT) que nous prévoyons de mettre en place sera d’ici une quinzaine d’années notre meilleure arme. En imposant aux nations de se spécialiser dans les seuls secteurs où celles-ci présentent les meilleurs avantages de compétitivité productrice par rapport aux autres pays, la réduction du coût du travail sera un critère qui nous sera naturellement favorable. Ce piège accroîtra l’interdépendance des États, lesquels seront ainsi plus aisés de soumettre. Ce nouveau front d’ordre économique participera d’autant mieux à notre projet de dissolution des nations puisque grâce à la libre-circulation des capitaux instaurée en amont de tout, nous serons les seuls à financer leurs économies réelles respectives. Or, à moins qu’une vague internationale de nationalismes ne se ligue contre nous, les nations sont définitivement prises au piège. Qui oserait prendre le risque de l’effondrement du système bancaire ? Pourtant, ce serait leur seule porte de sortie”.

Alors, il faudra commencer de diffuser dans les sociétés occidentales la notion de “Communauté humaine”, une, indivisible,  s’enrichissant par les apports réciproques des peuples qui la constitue

LE CŒUR VÉRITABLE DU POUVOIR

Projet machiavélique décidé depuis cinquante ans ? Complot contre l’occident judéo-chrétien ? En réalité, celui-ci est bien plus âgé. Les loges maçonniques anglo-saxonnes chapeautant le “Plan Rouge” ou “Nouvel Ordre mondial” sont installées depuis plusieurs siècles en Angleterre, dans la fameuse ‘City’ de Londres qui est un État dans l’État.

Depuis les statuts de William and Mary datant de 1690, la City n’est plus guère assujettie au royaume . “La Couronne”, comme elle est appelée, dispose de ses propres tribunaux, d’un drapeau, de ses forces de police et ne paie aucun impôt. Elle abrite également les journaux de Fleet Street et les monopoles de publication de la BBC, de l’agence d’information Reuters…

Par ailleurs, le cartel bancaire des 6.6.6 maintient le système monétaire global par ses différents relais : BRI (Banque des règlements Internationaux), Banque centrale des banques centrales située à Bâle (Suisse), la BM (Banque Mondiale), les banques centrales de chaque nation, comme la FED et les banques satellites des paradis fiscaux des Caraïbes, le FMI (Fond monétaire international ou la BCE (Banque centrale européenne)… C’est lui qui détermine la valeur de toutes les monnaies et contrôle le volume de l’argent en circulation, permettant ainsi de contrôler tous les marchés internationaux, le commerce planétaire et le financement des belligérants des deux côtés ou d’un seul, dans le cas de conflits déclenchés volontairement parce que jugés nécessaires au contrôles des ressources naturelles et des intérêts investis dans le(s) dit(s) pays. Le recours au financement de groupes terroristes afin d’inscrire la dualité mythologique des Bons’ contre les ‘Méchants’ œuvrant à la poursuite de la construction à marche forcée d’une ‘République planétaire’ exerçant le contrôle sur une “Communauté humaine” apatride est un artifice qui a régulièrement été employé. Or, à vouloir jouer avec le feu, les Golems finissent par s’échapper des doigts de leurs créateurs et/ou discrets mécènes.

MACRON : LE PION A l’ECHELON NATIONAL

Précisément choisi parce qu’élevé dans un univers jésuite où la casuistique perfide permet à la fois de se draper dans l’apparente rigueur du raisonnement intellectuel et cognitif et à la fois d’user de codes langagiers sophistes destinés à s’adresser aux foules en leur donnant l’illusion d’être enfin comprises, écoutées dans quasi huis-clos intime, le nouvel ordre mondial a applaudi des deux mains la réussite de son entreprise de fourberie contre le peuple français. Macron  a été choisi avec la mission de promouvoir la notion de ‘Communauté humaine’, de l’instiller par tous les vices ou procédés commodes au sein de la société précisément parce que dans l’inconscient collectif international, la France, c’est l’esprit des Lumières.

Conséquemment, si la France donne l’illusion de tenir le flambeau ‘lumineux’, alors l’ensemble de l’Union européenne sera-t-elle plus commodément contrainte à la sinistre “marche de la mort” des nations d’Europe que s’il se fût de nouveau agi de l’Allemagne, dont le lourd héritage historique est encore vivace. Par ailleurs, si l’on se demandait encore à quoi a correspondu et correspondra dans les toutes prochaines semaines l’ouverte de frontières autorisant une immigration de millions de Musulmans sur le vieux continent, au même titre que le sens d’un immobilisme face à des générations de radicalisme islamiste élevées au sein de la République dans la plus parfaite impunité, alors on trouvera la réponse dans le projet de dissolution des nations au fallacieux motif de vouloir œuvrer à l’édification de nations plus ‘inclusives’. Or en réalité, il ne s’agit en rien de tolérance ou de lutte contre un quelconque racisme mais bel et bien de faire boire la ciguë à la civilisation occidentale. Celle-ci aura duré quelques vingt-cinq siècles. Plus que jamais, la civilisation judéo-chrétienne fondant l’esprit même de cette civilisation est en péril.  Comme en son temps, Mitterrand avait berné les Français avec l’illusion d’une identité heureuse incarnée par le slogan d’une France ‘Blacks, Blancs Beurs’ dans les années 1980, il s’agit pour Macron d’endoctriner la nouvelle génération française en la berçant de ce concept de dissolution de sa propre patrie dans un grand tout soumis au Nouvel ordre planétaire. Cette entreprise d’escroquerie en bande organisée est au delà de l’ignominie. C’est l’attentat de plus de mille ans d’histoire et d’héritage culturel.

Complot ourdi depuis cinq années au moins, les 666 n’auront pas hésité sur l’emploi de l’ensemble des moyens de la répression travestie en grand moment démocratique à l’occasion de l’échéance électorale nationale. Pourtant, les évidences d’irrégularités constatées aux 1er et second tours de l’élection présidentielle française hurlent à l’inéligibilité d’un candidat dont seulement 18% de Français se seront déclarés convaincus par un programme délibérément laissé flou.

Par ailleurs, si le procès contre le candidat François Fillon a été fait sur la place publique, qu’en est-il de celui d’un candidat soupçonné par cette partie de la presse américaine encore libre, d’être un fraudeur fiscal? L’affaire a été relatée sur le présent site à l’appui de documents mis en exergue par le journaliste d’investigation américain William Craddick. Après vérification de l’authenticité des documents et des signatures, pourquoi l’affaire a-t-elle été passée sous silence? Si l’on a fait le procès de Jérôme Cahuzac en son temps, le candidat Macron devenu un Président par imposture échappe donc au sien à la seule faveur de la concomitance de l’élection et de la volonté des princes de Machiavel. Il ne faudra plus compter sur la presse institutionnelle française. Elle est devenue un tribunal tout attaché au réquisitoire des opposants à “l’Élu” ante Christ.

Certes, le candidat Macron aura reçu le soutien vocal orchestré de l’ancien Président américain Barack Obama. En coulisses, la journaliste Laurence Haïm, anciennement accréditée par la chaîne iTélé (depuis devenue Cnews) auprès de la Maison Blanche aura été dépêchée en France pour resserrer les liens entre Parti démocrate américain (DNC) et l’équipe En Marche! Le journaliste sans âge Jean-Pierre Elkabbach aura été de la manœuvre en utilisant regrettablement les moyens de la chaîne publique  parlementaire LCP. A toutes heures, le candidat aura été entouré d’une cohorte conciliante composée de communicants et de médias institutionnels réduits au collaborationnisme.

Toutefois, ce que les Français n’avaient pas aperçu derrière les lourds rideaux de cette farce théâtrale est ce tissage entremêlé que nous venons de décrire afin de le rendre plus compréhensible. De George Soros à la Maison Rothschild imposant son agenda de NWO, il fallait déverrouiller le système.

Le peuple Britannique pourra-t-il résister face à “La Couronne”? On sait que l’empire Rothschild finance ponctuellement des organisations terroristes sunnites notamment avec l’appui d’une partie des services d’intelligence qu’il contrôle par sa puissance  financière. Avec la plus sinistre ironie, cela fait de lui un complice de l’Islam intégriste. Entre visions totalisantes, aucun des deux n’est souhaitable pour la survie des nations,. Pourtant, que l’on ne vienne pas tenter de soupçonner l’État d’Israël d’être l’instigateur d’un tel projet de domination anthropologique à l’échelle humaine. Israël doit à la fois relever le  défi de se battre contre le financement du terrorisme sunnite, mais également endiguer la menace iranienne articulant le bras de la Syrie et d’une partie du Liban permettant l’armement de factions Chiites et notamment du Hezbollah. L’axe du mal est autant Sunnite que Chiite, avec toutefois les fonds souverains d’investissements sunnites contrôlés par l’empire bancaire Rothschild dont la seule religion est une globalisation profitable et un contrôle à terme, sur une communauté humaine

L’idée américano-israélienne actuelle correspond à la priorité d’isoler l’Iran en brisant l’axe Iran/ Syrie en intégrant parallèlement l’Afghanistan à l’OTAN. Or, même à considérer le succès d’une telle perspective actant de liens idéaux rétablis avec la Russie, ce à quoi le parti démocrate et les néoconservateurs américains s’opposent farouchement avec la volonté de garder leur impérialisme sur l’Europe via l’OTAN, que nous promet-on à la fin sinon la dissolution des nations et la disparition de la civilisation judéo-chrétienne au profit d’une oligarchie contrôlant le nouvel ordre mondial. Les Britanniques n’y sont pas résolus. Les Israéliens n’y sont pas résolus. Les présidents Donald J. Trump et Vladimir Putin n’y sont pas résolus. Voilà pourquoi tout est actuellement entrepris par le Parti Démocratique Américain et le globalisme financier international chapeauté par la Maison Rothschild. Il s’agit à tous prix d’avorter un rapprochement Russo-Américain. C’est l’unique raison d’une cabale infondée développant le mythe d’une collusion entre la Russie et le Président Trump, ayant finalement favorisé son élection.

Il existe deux périls à ce monde inscrit dans l’aube bleue de ce troisième millénaire. L’un se nomme le NWO, et l’autre l’Islam politique.

©Rebecca De Rougemont, May 10 2017