BREAKING / Paris, May 4 2017

“Je vais vous dire ce qui va se passer M. Macron. D’une manière ou d’une autre, la France sera gouvernée par une femme. Ce sera Angela Merkel, ou ce sera moi”.

Cette parole prononcée lors du débat présidentiel de l’entre-deux tours entrera dans l’histoire comme la formule phare actant deux visions de la France radicalement opposées. Pour ou Contre la France libre? Telle est la question qui se pose. Ailleurs, partout, des États-Unis au Royaume-Uni, de l’Italie à l’Australie en passant par  l’État d’ Israël, la Pologne, la Slovénie ou le Canada, les Patriotes du monde entier sont suspendus à la décision des Français.

En deçà ou par-delà le spectacle de bac à sable où la poudre jetée au visage aura atteint un enfant arrogant et piètre moralisateur, il se sera bien agi pour ce mauvais serviteur d’un système mondialiste définitivement décrédibilisé d’épuiser la dialectique du vide en seule forme de représailles argumentative par des propos lui revenant finalement, constamment en pleine figure.

La liste des mensonges macroniens aura donc été longue, pénible, récitée, préméditée, avouant au final sa totale impuissance à masquer les conflits d’intérêts et les contradictions pour l’excellente raison qu’il sera toujours rendu excessivement compliqué de se distancer d’un système dont on est issu, qui vous a même fabriqué dans l’espoir vain que votre talent naturel pour l’art rhétorique combiné à un charme discutable suffirait à occulter la fourberie dissimulée derrière chaque invective stérile.

Il en résulte une image désastreuse de faiblesse profonde envoyée à l’international. Si dans le monde anglo-saxon, on aura relevé celle d’un “petit roquet aboyeur et condescendant”, la France aura retenu l’incarnation du mépris.

Or, les Français n’aiment ni la pédanterie, ni l’ironie et encore moins le sarcasme – a fortiori lorsqu’ils souffrent et que les recettes économiques du crieur public se seront avérées autant calamiteuses qu’anti-démocratiques. Le 49.3 est un poison mortel dont on ne se remet pas. La création de 75.000 emplois en cinq ans pour la modeste bagatelle de 41 milliards d’euros, soit un coût de 200.000 € par emploi, aura fini de faire rire.

Et puis, pourrait-on décemment attendre de l’empathie de la part d’un peuple lorsqu’il s’est fait traiter d’illettré, voire d’analphabète, que sa nation aura été copieusement trahie, accusée de crime contre l’humanité et qu’on aura même poussé l’idéologie libérale mortifère jusqu’à lui asséner qu’elle n’avait pas d’histoire, pas de culture, pas d’art….Bref, pas de civilisation. Il est également des crimes de lèse-majesté plus amers que les pires potions. Le candidat Macron aura bu jusqu’à la lie chacun de ces deux breuvages fatals.

Alors, lorsque le bilan est accablant et que l’homme de paille que l’on est, cherche désespérément à protéger les banquiers qui l’obligent, il ne reste que la connivence avec le mainstream media -tout autant obligé – pour tenter de faire illusion. On aura bien recommandé à la marionnette de singer le moulin à paroles, de brasser du vent, l’air du temps, d’interrompre à l’envie, d’insulter, de salir, de tenter de vieilles lunes diabolisées par le système lui-même. Il aura bien essayé de filer la métaphore ramenant Marine au Fascisme. Hélas, parce que c’est l’héritage du codex hébraïque sur lequel est fondé la civilisation occidentale, “la fille ne sera pas punie pour les crimes de son père”. Et puis, en parlant de fascisme, il faudra malgré tout finir par accepter ces vérités qui tuent les mythes et romans commodes  et pour s’en convaincre, les plus sceptiques voudront bien se donner la peine d’écouter ce qui suit :

https://mobile.twitter.com/herstalle/status/857638696165801985/video/1

Autrement dit, le registre du théâtre dans le théâtre aura été joué aux Français pendant 40 années, car on ne contrôle jamais mieux les foules qu’en les agitant autour d’entreprises d’édification. Aristote l’avait compris avant tous. Il en a fait l’un des canons indépassables de l’art tragique. Toutefois si l’art est tragique, le sens hégélien de l’Histoire avancera toujours, avec ou contre les hommes de l’instant, dans le sens de la liberté et non vers je ne sais quel concept fallacieux et manipulateur d’ère de ‘Post-vérité’. Il y a la vérité factuelle, et puis il y a la littérature. Le génie cognitif français continuera de résider dans sa volonté de revendiquer le cartésianisme. Des faits tangibles, sinon rien. On a bien compris que la prochaine frontière sera le contrôle par l’IA du cerveau humain. Or, on n’oubliera pas ‘l’ironie de l’histoire’…

Macron aura donc été aidé par une complicité du media institutionnel et une stratégie de communicants médiocres.

  • On lui aura systématiquement donné la priorité de la parole sur chaque thème, à l’exception naturellement de la conclusion finale du débat.
  • Certes, cette priorité lui aura permis d’employer la stratégie du coucou autrement appelée vol en règle dans le nid du voisin. Sur chaque sujet, l’homme sans projet et avec pour seule vision celle de la dissolution de la France en tant que nation aura purement et simplement repris les lignes majeures ayant acquis une popularité incontestable à sa concurrente.
  • Autrement dit, il aura fait son marché ou tri sélectif de mesures en amont et aura donné l’impression d’être l’original, tandis que figurant la pauvre copie de la vision construite et lucide de son opposante.

Hélas, comme tout mauvais plagiat, l’écueil majeur et hautement prévisible n’a guère pu éviter la sombre dialectique de la contradiction.

  • La GPA ?…”Pour”, mais finalement “Contre”….ou alors “Pour et Contre”….”Pour”…. “Par contre….”

MarineLe Pen  lui a calmement rappelé que son soutien, le milliardaire Pierre Bergé était pour la ‘location des ventres’….

  • Le soutien de l’UOIF, la branche française de l’organisation terroriste des Frères musulmans ? M. Macron s’est empressé de nier un tel état de fait. Toutefois, lorsque la candidate lui a demandé de condamner cette faction terroriste vivant en France en toute impunité, celui-ci a éludé la question. Il sera demeuré figé dans le marbre, lorsque Marine Le Pen aura lâché :

” la vérité M. Macron, c’est que l’UOIF vous a imposé un coordinateur de campagne, très proche de ce mouvement salafiste”.

Pour rappel, au lendemain du 1er  tour, la grande Mosquée de Paris a appelé «à voter massivement pour Monsieur Macron ».

Son appel a été doublé par celui de l’UOIF après avoir imposé et obtenu le retour de Mohammed Saou, ex-référent du mouvement En Marche! Val d’Oise (95) comme coordinateur de campagne incontournable. Le 10 avril 2017, Marwan Muhammad a envoyé une lettre très claire à Emmanuel Macron :

 «En fonction de votre réponse (ou de son absence), je serai alors en mesure de m’exprimer publiquement sur le sujet en direction de nos contacts médias, de nos 17 antennes régionales, de nos 14000 adhérents et de nos 350000 abonnés, sur les newsletters et les réseaux sociaux », écrivait notamment le président du CCIF, faisant ainsi étalage de son poids électoral communautaire.

  • Les rachats d’entreprises par des groupes étrangers ou hommes d’affaires français ayant placé Macron sous leur influence, notamment le patron milliardaire Patrick Drahi (patron du mag l’Express/BFMTV/ i24news/Numéricable…) et heureux acquéreur d’SFR, dès la nomination de Macron au Ministère de l’économie ? Certes, Macron a traité Marine Le Pen de “menteuse”. Toutefois, la vulgarité de la formule y perdra ce que la vérité y gagnera

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/bercy-donne-son-feu-vert-au-rachat-de-sfr-par-numericable-846083.html

Pourtant, il y a pire, et c’est précisément le pire que nous évoquerons à présent.

MACRON : LES DOCUMENTS DE LA CHUTE AUX PORTES DE L’ÉLYSÉE

Courtesy of William Craddick, American Journalist desobedientmedia.com

https://ia601507.us.archive.org/14/items/onviuq/onviuq.pdf

Quelques heures avant le débat, les États-Unis étaient sous le choc consécutif à la publication de documents liant le candidat Macron à un contrat de société LLC (Limited Liability Company) ouverte en son nom propre sur l’île caribéenne Nevis.

Or, Marine Le Pen ayant été alertée de l’ampleur de la stupeur et de la consternation Outre-Atlantique, celle-ci a posé la question au candidat Macron  :

“Avez-vous un compte dans un paradis fiscal ?”

-“Je n’ai rien à cacher…”.

Aurait-il dû rajouter : “….Les yeux dans les yeux, je n’ai pas, je n’ai jamais eu….”, comme le jura jadis son collègue Ministre du Budget de la France, Jérôme Cahuzac avant d’être définitivement convaincu d’évasion fiscale dans plusieurs paradis off-shore.

Le premier document révèle un contrat initial d’ouverture de société rédigé le 4 Mai 2012 au nom de “La Providence LLC” portant les noms et signature de M. Emmanuel Macron.

Copie écran du document faisant apparaître le nom de M. Emmanuel Macron sur le contrat d’agrément le liant à sa société “La Providence LLC”

Or, “La Providence” est l’exact nom du Lycée d’Amiens dans lequel l’intéressé a poursuivi ses études secondaires et l’endroit où il a connu sa femme et enseignante Brigitte Trogneux. Au-delà d’une coïncidence de noms pouvant assez difficilement se lier à l’ironie d’un hasard fâcheux, si l’initiative d’ouverture d’une société sur l’île Nevis apparaît profondément suspecte, celle-ci est somme toute parfaitement rationnelle pour tout délinquant fiscal voyant tout l’avantage présenté par les garanties de confidentialité offertes par l’île.

Les amateurs fiscalistes apprécieront la lecture du Nevis Confidential Relationship Act, lequel proscrit toute révélation relative au nom du titulaire de la société à l’information publique. À titre de référence, l’île Nevis a été largement plébicitée par Bloomberg pour sa représentation quasi paradisiaque de destination d’évasion fiscale au sein de l’Archipel des Caraïbes.

En outre, un second document expose une lettre envoyée par la First Caribbean International Bank à “La Providence Ltd. “indiquant de fait un lien bancaire entre elle et la société LLC de M. Macron.

Par ailleurs, dans un article de 2013 demeuré célèbre, Forbes a classé la First Caribbean International Bank parmi celles-ci ayant développé un dispositif agressif facilitant l’évasion fiscale pour le compte de ses clients. En 2015, Reuters la reconnaissait comme un acteur majeur de l’évasion fiscale directement liée à la Fédération Internationale de Football (FIFA). Les scandales consécutifs aux enquêtes de l’époque menées par le Département de la Justice américain sont nés après qu’il a été établi qu’un représentant de la First Caribbean International Bank avait personnellement reçu un chèque émanant d’un officiel de la FIFA, lequel avait été déposé sur un compte situé aux Bahamas par la suite.

Dès le mois dernier, Macron denied avait nié détenir un ou plusieurs comptes off-shore cachés aux autorités françaises, autrement dit Bercy.

  • Macron a déclaré avoir exercé la profession de banquier au sein de la Banque Rothschild pendant 3 années.
  • Il a déclaré une rémunération totale de €2.8 millions brut. Parmi d’autres dossiers et grâce à Peter Brabeck, PDG de Nestlé qu’il avait ‘aidé’ lorsqu’il travaillait comme Inspecteur Général des finances, Macron a notamment négocié une fusion acquisition de la branche Pfizer alimentation par le groupe Nestlé.
  • Le chiffre de €9 milliards est souvent retenu. Or, un banquier d’affaires prend en moyenne et notamment sur les fiches de réquisition une commission comprise entre 1 et 5%.
  • Par conséquence logique, le montant de la commission de M. Emmanuel Macron sur cette seule opération devrait être compris entre 20 et 50 Millions d’Euros.
  • Alors,

 

  1. Comment expliquer la différence entre le montant déclaré et la rétro-commission ? On ne peut passer de 20, voire 50 millions d’euros à une déclaration de 2.8 millions d’euros sans passer pour un chieffé fraudeur fiscal.

  2. Où est passé l’argent?

Ceci expliquerait sans doute cela, même si M. Macron dit avoir dépensé la somme indécente de 2000 euros en moyenne journalière depuis avoir quitté l’organisme bancaire le plus sulfureux de France. Rappellerons-nous qu’il s’agit d’une dépense de presque deux SMIC par jour?

On peut toujours prendre le ton condescendant et méprisant. On peut toujours mentir en affirmant tout et son contraire. On peut toujours exposer l’appui indéfectible d’une caste parvenue à son agonie.

Certes, si “la politique n’est qu’une façon d’agiter le peuple avant de s’en servir”, Talleyrand avait su aussi écrire : “Là où les hommes ont échoué, une femme peut réussir (…) car il y a une chose plus terrible que la calomnie, c’est la vérité”.

A l’heure du choix entre plus de misères à s’offrir en partage ou l’éveil de la Nation, les Français sauront s’en souvenir. Il n’y a qu’une certitude à conserver. La France représente 25% du PIB de l’Union européenne. Si la France brandit la menace d’un Frexit et engage des négociations, l’Union européenne capitulera ou l’Union européenne ne sera plus. C’est toute la puissance de la France. C’est toute la grandeur de la France. Elle est là, surgit précisément au moment où l’on croyait l’avoir définitivement déchue et irrémédiablement soumise. Voilà ce qu’est la France ; un éternel éblouissement jeté sur les regards perdus du monde.

Si “l’on ne sort de l’ambiguïté qu’à ses dépens”, effrayer les peuples pour mieux les contrôler est le seul apanage des médiocres.

©Mylene Doublet O’Kane, May 4, 2017